Atelier d’Abel Pujol ou Intérieur d’un atelier de peinture d’Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy

Il est des œuvres de peinture qui nous en disent beaucoup sur la peinture. C’est le cas de l’œuvre qui nous intéresse aujourd’hui ; un tableau de genre qui constitue une véritable mise en abyme de la peinture par elle-même. L’œuvre est signée Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy. On aimait les patronymes à rallonge, à l’époque, pour les hommes comme pour les femmes. Ces dernières ont très peu souvent été retenues par l’histoire de l’art. Les dictionnaires ne parlent des femmes peintres bien souvent qu’en post scriptum, à la fin d’un article dédié à un artiste masculin. C’est le cas de Mademoiselle Grandpierre. On ne peut se renseigner sur cette artiste bien souvent qu’à la toute fin des billets consacrés à Abel Pujol, un célèbre peintre d’histoire, originaire de Valenciennes.

Mademoiselle Grandpierre est l’élève d’Abel Pujol. Longtemps amis, les deux peintres se marient en 1856 ; elle a 58 ans et lui 71. Le tableau qui nous intéresse ici est bien antérieur à ce mariage. Il marque les débuts de Mademoiselle Grandpierre, puisqu’il est sa première œuvre à avoir fait Salon, en 1836. « Atelier d’Abel Pujol » était alors exposé sous le nom d’ « Intérieur d’un atelier de peinture ». Le tableau représente Abel Pujol à demi caché par son œuvre, en cours de réalisation, face à une femme prenant la pose. Les deux individus sont au centre d’une pièce qui nous propose tous les attributs du peintre d’histoire au 19ème siècle.

Dans l’arrière plan, une mosaïque des œuvres d’Abel Pujol miniaturisées. On reconnaît, au centre, le tableau de l’Apothéose de Saint Roc (voir ci-dessus : en haut le tableau original, en bas sa reproduction en détail du tableau de Grandpierre). A droite, une statue, des bustes et des armes de l’Antiquité, pour s’en servir comme modèle. Au plafond, une grande vitre laissant percer une lumière pure, que l’on peut réguler à l’aide d’un grand rideau rouge suspendu à une corde traversant la pièce. Au premier plan à gauche, un personnage qui semble être l’assistant du peintre, alimentant la pièce en chauffage. Enfin, en bas à droite du tableau, un porte-document sur lequel est inscrit, en signature, « Mademoiselle Grandpierre, 1836 ».

Références :
Œuvre : Atelier d’Abel Pujol ou Intérieur d’un atelier de peinture
Artiste : Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy
Année : 1836
Lieu de conservation : Musée des Beaux Arts de Valenciennes, France

About these ads

2 Responses to “Atelier d’Abel Pujol ou Intérieur d’un atelier de peinture d’Adrienne Marie Louise Grandpierre-Deverzy”


  1. 2 Dominique Delord octobre 19, 2011 à 2:38

    Bon article, mais permettez-moi d’apporter une rectification: le premier tableau de Mlle Grandpierre a été exposé au salon de 1822. Il représente le même atelier d’Abel de Pujol, avec bon nombre de jeunes filles, ses élèves autour de lui. Ce tableau est au Musée Marmottan, Paris.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Chapitrage

Consultez la liste ou la mosaïque des œuvres chroniquées

Contact

scribouillart [arobase] gmail [point] com

Abonnez-vous au Scribouill'art


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :