L’Europe soutenue par l’Afrique et l’Amérique – William Blake

Fin 18ème siècle, le capitaine John Gabriel Stedman publie son récit de la guerre menée contre les esclaves marrons révoltés, en Guyane Hollandaise. Les « nègres marrons » étaient des esclaves en fuite. « Le marronnage » était puni de mutilation aux trois premières tentatives puis de condamnation à mort, selon le code noir. Du fait de sa proximité avec l’Amazonie, la région guyanaise était très marquée par le marronnage. Des révoltes armées de grande envergure ont souvent mis en déroute le gouvernement du Suriname ; si bien que des expéditions punitives ont parfois été dépêchées pour écraser les rébellions.

 

Dans son ouvrage « Récit des cinq années d’expédition contre les nègres révoltés du Suriname en Guyane, sur la côte sauvage d’Amérique du Sud », le capitaine Stedman rapporte les horreurs perpétrées sur les esclaves noirs, dans cette région entre 1772 et 1777. William Blake, poète, peintre et graveur anglais, s’est solidement affirmé contre les barbaries de l’esclavagisme et a illustré par de nombreuses gravures le récit du capitaine Stedman. Europe supported by Africa and America est l’une des illustrations tirée de l’ouvrage, datée de 1796.  

 

Sur cette gravure sont imagés par trois femmes les trois continents ; africain, européen et américain. L’Europe est tenue debout par l’Amérique et l’Afrique, dont l’esclavage est symbolisé par des bracelets d’or autour des bras. Penchée et en appui sur le continent américain, l’Europe tient la main de l’Afrique, les trois continents étant reliés par une corde, qui sert de cache-sexe aux représentations féminines de l’Amérique et de l’Afrique. L’Europe, elle, voit sa pudeur préservée par une longue et soyeuse chevelure blonde entortillée jusqu’à l’entrejambe. La poitrine de l’Europe est parcourue par un collier de perle. La représentation des trois continents de William Blake détonne des discours portés sur l’esclavage et la colonisation alors bien ancrés. L’Europe n’est pas montrée comme la guide civilisatrice des deux continents, mais comme une faiblesse qui ne doit son équilibre qu’au soutien contraint de ses deux voisines.

 

William Blake s’est prononcé contre l’esclavage par d’autres gravures, moins symboliques, décrivant de manière réaliste les tortures subies par les nègres marrons. Au 18ème siècle, le débat sur l’abolition de l’esclavage est souvent relancé et Blake, par ses œuvres, entend bien prouver aux peuples colonisateurs leur barbarie.

 

Pour aller plus loin…

Le livre noir du colonialisme par Marc Ferro

William Blake: The Complete Illuminated Books par William Blake

Le dossier  de l’histoire par l’image sur l’esclavage

Références :

Oeuvre : Europe supported by Africa and America
Artiste :
William Blake
Année : 1796

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s