La laitière de Bordeaux – Francisco de Goya

goya-la-laitiere-de-bordeaux

Pour certains, la plus belle œuvre de Goya est celle que l’artiste a réalisé juste avant sa mort, alors que son bras tremblait de vieillesse. A 81 ans, Goya revient d’un dernier voyage à Madrid et retourne dans la ville de Bordeaux. Là, il compose un adieu à la vie, sous forme d’hommage à la beauté et à la jeunesse féminine. La laitière de Bordeaux impressionne par sa simplicité. Son visage enfantin à demi tourné sur le côté trouble, comme l’élégance naturelle de sa posture.

L’attitude du modèle est empreinte de sérénité. Les courbes fluides des deux lignes croisées du vêtement posé sur la poitrine ainsi que les plis de la jupe inspirent un grand calme. Le tableau est à mi chemin entre le portrait et la figuration poétique.

Le tableau a aussi beaucoup émerveillé par ses couleurs. Les tons chauds du visage contrastent avec ceux, froids, du ciel et des habits. Les bleus, bleus-verts et blancs se mélangent en coups de pinceaux épais et larges. De très fortes impressions lumineuses émanent de cette technique. D’intenses réverbérations de lumières éblouissent les épaules et le fichu de la laitière.

Le tableau est admiré comme une célébration de la beauté de la part d’un peintre à l’article de la mort. Les spécialistes perçoivent en la technique utilisée par Goya les prémices du mouvement impressionniste, qui révolutionnera l’art quelques décennies plus tard. Un chef d’œuvre esthétique, technique, exaltant une beauté parfaite, qui a vu récemment son aura flétrie par une controverse.

La laitière de Bordeaux ne serait pas l’œuvre de Goya. Selon certaines théories, appuyées par des experts du musée du Prado, la laitière représentée sur cette œuvre serait Rosario Weiss, la fille de Leocadia Weiss, la femme qui prenait soin de Goya lorsqu’il était à Bordeaux. Goya disait considérer Rosario comme sa propre fille ; certains spécialistes supputent qu’elle l’était. Et selon certaines théories, exposées en 2001 dans The Art Newspaper, la laitière de Bordeaux serait un portrait de Rosario Weiss par elle-même, sous le tutorat du « père » Goya. D’autres avancent que la laitière a bien été inspirée par l’une des jeunes filles apportant périodiquement du lait à la maison de Goya à Bordeaux. La controverse tire sa force du fait que ce tableau représente un radical changement de style dans l’œuvre de Goya.

 La laitière de Bordeaux, Francesco de Goya, 1827, Musée du Prado, Madrid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s