La mort de la Vierge – Le Caravage

Le_Caravage_-_La_mort_de_la_vierge

Michelangelo Merisi, dit « Le Caravage », a bouleversé son temps. Tout début 17ème siècle, ses tableaux ont ébloui par leur naturalisme et leur clair-obscur puissant, mais aussi choqué, pour leurs connotations homosexuelles et leur façon de représenter certaines scènes sacrées. L’artiste a bousculé la religiosité de son temps ; on a dit de lui qu’il humanisait le divin et divinisait l’humain. La mort de la Vierge illustre bien la dimension sulfureuse du Caravage. L’œuvre a fait scandale pour des raisons qui échappent aux regards contemporains, qui ne voient souvent là qu’une femme morte, entourée de personnes endeuillées. Justement, c’est bien « l’humanité » et par extension « la banalité » de la mort de la Vierge qui a choqué.

En 1601, le juriste Laerzio Cherubini, possédant des droits sur une chapelle de Santa Maria della Scala, à Rome, fait commande d’un tableau sur l’assomption de la Vierge au Caravage. Ce grand tableau d’environ 3,5 mètres sur 2,5 est achevé en 1604. Accepté par Cherubini puis placé sur l’autel de la chapelle, l’œuvre est très vite décrochée, rejetée par le clergé. « Il avait peint la Madone avec peu de dignité, enflée et les jambes découvertes » explique l’un des ecclésiastiques, « comme une prostituée crasseuse des faubourgs ». Les moines soupçonnaient en effet Le Caravage d’avoir « représenté Notre Dame sous les traits d’une courtisane aimée de lui ». A travers les siècles, la réputation de Caravage, peintre sulfureux pourchassé toute sa fin de carrière pour un assassinat, n’a cessé d’enfler et les supputations sont allées bon train pour ce tableau. Certains avancent en effet que Caravage est allé à la morgue prendre modèle sur une prostituée retrouvée noyée pour peindre la mère de Dieu.

Rejeté, le tableau est revendu au duc de Mantoue. Mais, l’œuvre avait déjà tellement fait parler d’elle, qu’elle fut exposée à Rome, avant son départ pour l’Espagne. Aujourd’hui, et ce malgré le discrédit initial jeté sur son inspiration insuffisamment pieuse, La Mort de la Vierge est l’une des représentations les plus connues de l’Assomption de Marie.

La Mort de la Vierge, Le Caravage, 1604, Musée du Louvre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s